— Ace attorney : Turnabout In Court —
Bienvenue au tribunal fédéral. Very Happy
Veuillez vous connecter pour accéder aux salles d'audiences et aux RP. N'hésitez surtout pas à vous inscrire, on vous attend nombreux!

— Ace attorney : Turnabout In Court —

Forum RPG dans l'univers de la série de jeux Ace Attorney.
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Les catégories et le QEEL seront finalisés demain, merci de votre patience! ~ ♪

Partagez | .
 

 L'interrogatoire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Je suis « Invité »
Invité
avatar

MessageSujet: L'interrogatoire.    Lun 2 Jan - 4:27

Il était à peu près 23: 00.

Carmen devait se faire interroger par Godot sur une affaire au bureau des procureurs.

En effet: Elle fut témoin cet horrible meurtre.

La salle était enfermée, sombre et sentait fort le café.

Godot ne devait pas être bien loin.

Cette salle sinistre lui rappelait étrangement son bureau.

Enfin, Godot avait sans doute l'habitude de travailler dans cette atmosphère.

Carmen, elle, ne pourrait jamais.

Elle n'avait d'ailleurs jamais compris comment on pouvait aimer le café au point d'en boire toutes les 10 minutes.

Bref.

Carmen n'avait pas envie de se faire interroger, du moins, pas aujourd'hui.

Elle sortait à peine de son travail, qu'elle devait subir un interrogatoire !

Et d'après ce que lui ont dit quelques procureurs, les interrogatoires de Godot ne sont pas de tout repos...

L'heure tourna et Godot finit par arriver vers 23: 10, un café à la main.

Il le but très vite et s'assit en face de Carmen avec un sourire narquois.

-Bon. Dépêchez-vous d'achever cet interrogatoire, je n'ai pas que ça à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Je suis « Invité »
Invité
avatar

MessageSujet: Re: L'interrogatoire.    Mer 25 Jan - 20:14

Godot arrivait dans son bureau après une longue journée de travail et de procès, mais il avait la satisfaction de n'avoir perdu aucun procès. Il soupira avant de tirer la porte de son bureau, car il savait ce qu'il l'attendait une jeune femme en délire d'être accusé d'un meurtre et qui semble t'il ne l'a pas commis. Bien sur Godot aurait du avoir un peu de compassion et de pitié pour une de ses collègues, mais la pitié ne faisait pas partit de son vocabulaire et encore moins la compassion. Il tira la porte vers lui et entra un café à la main et dans l'autre le dossier de l'affaire.

Carmen était là juste en face de lui assise sur une tabe et le regardait de son regards de glace dans les quelles on pouvai lire son impatience.
Il s'assis tranquillement faisant exprès en essayant de la faire craquer elle rentra dans son jeu et lui disant d'un ton impatient :

-Bon. Dépêchez-vous d'achever cet interrogatoire, je n'ai pas que ça à faire.

Il sourit narquoisement et rétorqua immédiatement avec un ton calme, mais qui restait tranchant et cinglant :

- Voyons, voyons faîtes preuve de patience vous êtes ici depuis seulement quelques heures et puis si vous voulez j'ai une excellente petite cellule toute fraiche qui donne sur l'aile droite vous savez celle des violeurs en série je suis sur qu'ils seront ravis de vous voir.

Il posa le dossier et la tasse vide sur son bureau et la regarda dans les yeux longuement pour essayer de la perçer à jour il comprit à quel point elle souffrait de son passé et que tous ses sentiments étaient en elle, cachés sous une tonne de remords et de tristesse. Il reprit le dossier et l'ouvrit pour regarder encore une fois les détails de ce meurtre qu'elle avait commis il en était certain, maintenant il ne manquait plus que de le prouver. Et pour cela il fallait qu'il l'intérroge pour mettre les choses au clair. Il sortit une tasse de son bureau et la remplit avec la cafetière qui se trouvait dessus aussi. Il la but en quelques secondes et vint se placer à côté d'elle. Il lui dit d'une voix dure mais calme :

- Bien bien bien, reprenons miss Lagucchi j'ai envie d'entendre votre version des faits sur votre crime qui reflète votre incompétence. Des empreintes digitales partout, de l'ADN enfin votre ADN et vos empreintes digitales. On a aussi retrouvé de l'ADN de la victime sur vous. Je pense que vous êtes perdue, mais tentez votre chance et surprenez moi.
Il disait ça avec un ton léger humouristique accuentant les poins de sa cause. Il lui fit un sourire narquoi et bu encore une tasse de café.
Revenir en haut Aller en bas
Je suis « Invité »
Invité
avatar

MessageSujet: Re: L'interrogatoire.    Mer 25 Jan - 20:56

Après un long moment d'attente, Carmen commençait à perdre patience. Elle était exténuée, s'était faite arrêtée le jour même, et déjà l'interrogatoire. Comme si cela ne suffisait pas, le procureur devant l'interroger était en retard: Godot. Quand il arriva enfin, elle ne put s'empêcher de se plaindre! Le procureur la menaça de la mettre dans la cellule des violeurs en série. Elle se moquait totalement de cette remarque. Godot déposa sa tasse vide sur son bureau ainsi que le dossier de l'affaire. Il la regarda longuement dans les yeux d'un air sûr.

Elle ne perdit pas son visage neutre et effaça toute émotions de son visage. Malheureusement, comme on dit, les yeux sont le reflet de l'âme. On pouvait directement voir la peur et la haine de Carmen dans son regard. Ses remords et sa tristesse n'avait d'égale à sa soif de vengeance. Tout le monde pourrait la croire coupable. Godot ouvrit le dossier et le relit encore une fois.

Carmen soupira et ferma les yeux avant de se prendre la tête dans les mains. Godot sortit une tasse de son bureau et la remplit de café par la cafetière se trouvant au dessus de lui. Il se déplaça pour aller à coté de Carmen. Il lui dit d'une voix calme, mais dure:

- Bien bien bien, reprenons miss Lagucchi j'ai envie d'entendre votre version des faits sur votre crime qui reflète votre incompétence. Des empreintes digitales partout, de l'ADN enfin votre ADN et vos empreintes digitales. On a aussi retrouvé de l'ADN de la victime sur vous. Je pense que vous êtes perdue, mais tentez votre chance et surprenez moi.

Il dit ceci d'une voix humoristique et calme. Carmen en soupira. Elle essaya de se remémorer les évènements. Elle n'avait pas envie de dévoiler quoi que ce soit en faveur de l'accusation. Elle garda les yeux fermés pendant quelques secondes. Elle laissa un "blanc", puis elle enleva ses mains de son visage. Elle se leva et frappa le bureau d'une main avant de déclarer:

-Tout ce que je sais c'est que je ne l'ai pas tué! Je ne connaissais pas la victime, et je n'avais aucun mobile! Je n'ai jamais vu ne serait-ce que l'ombre de son visage! Ceci est un coup monté! Je ne vois pas pourquoi j'aurais fait une telle chose alors que je ne connaissais pas la victime!

Carmen était hors d'elle. Elle déclara tout ceci en hurlant et en bafouillant de temps à autres. Elle ne le montrait pas, mais cette situation l'exaspérait. Elle ne l'avait pas tué et on l'accusait. De plus, le procureur était un de ses collègues... Quel enfer. Elle soupira. Elle avait une atroce migraine et sa tête tournait. Elle orienta sur regard vers le procureur buveur de café, qui avait toujours l'air aussi sûr de lui. En voyant sa mine réjouie, elle s'affala sur sa chaise et se reprit la tête dans les mains.

Comment j'en suis arrivée là...?

Revenir en haut Aller en bas
Je suis « Invité »
Invité
avatar

MessageSujet: Re: L'interrogatoire.    Lun 6 Fév - 18:59

Godot tenait dans sa main une nouvelle tasse de café. Il regardait Miss Lagucchi et savait que tout ça n'était qu'un mensonge, elle était coupable il avait les preuves de son mobile. Lorsqu'elle se tût il la regarda dans les yeux et lui dit d'une voix doucement narquoise :

-Voyez j'ai quelque part dans ce bureau des preuves, vous me direz et alors je répondrais à ça par "des preuves de votre mobile ainsi que des preuves de votre connaissance de la victime". Pourquoi ? J'ai retrouvé quelque chose dans votre bureau qui prouve votre mobile plus...qu'évident. Ooh et vous êtes obligée de connaitre la victime puisque c'est lui qui s'occupe de fermer votre bureau lorsqu'il ne l'est pas et qui s'efforce de protéger les bureaux, c'est notre gardien.

Godot souriait en voyant le visage de Carmen se décomposer devant lui zu fur et à mesure que ses paroles se déroulaient. Il bu à nouveau dans sa tasse de café
et regarda attentivement Carmen attendant ce que tous les criminels font "ce n'est pas moi c'est faux"
Revenir en haut Aller en bas
Je suis « Invité »
Invité
avatar

MessageSujet: Re: L'interrogatoire.    Lun 6 Fév - 20:45

Godot continuait de boire en regardant Carmen. Lorsqu'elle se tût, il a regarda dans les yeux et lui dit d'une voix doucement narquoise :

-Voyez j'ai quelque part dans ce bureau des preuves, vous me direz et alors je répondrais à ça par "des preuves de votre mobile ainsi que des preuves de votre connaissance de la victime". Pourquoi ? J'ai retrouvé quelque chose dans votre bureau qui prouve votre mobile plus...qu'évident. Ooh et vous êtes obligée de connaitre la victime puisque c'est lui qui s'occupe de fermer votre bureau lorsqu'il ne l'est pas et qui s'efforce de protéger les bureaux, c'est notre gardien.

Godot avait l'air de prendre du plaisir à voir le visage de Carmen petit à petit. Et il n'attendait qu'une chose: la voir craquer. Mais jamais elle ne lui adresserait la moindre larme!

-C'est ridicule, je n'ai aucun mobile.

Dit-elle d'une voix calme, en regardant dans le vide.
Revenir en haut Aller en bas
Je suis « Contenu sponsorisé »



MessageSujet: Re: L'interrogatoire.    

Revenir en haut Aller en bas
 

L'interrogatoire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Interrogatoire #3 : Le promoteur de la langue française, Wells

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
— Ace attorney : Turnabout In Court — :: Archives :: -