— Ace attorney : Turnabout In Court —
Bienvenue au tribunal fédéral. Very Happy
Veuillez vous connecter pour accéder aux salles d'audiences et aux RP. N'hésitez surtout pas à vous inscrire, on vous attend nombreux!

— Ace attorney : Turnabout In Court —

Forum RPG dans l'univers de la série de jeux Ace Attorney.
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Les catégories et le QEEL seront finalisés demain, merci de votre patience! ~ ♪

Partagez | .
 

 Marre des matins difficiles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Je suis « Invité »
Invité
avatar

MessageSujet: Marre des matins difficiles.   Lun 6 Fév - 21:45

Ses pieds glissaient sur le sol, ses tallons n'étaient pas pratique. Fichue dans une grande robe comme on en fait plus que pour les bal costumés ambiance 18eme siècle, Evori Stevensveld peina à entrer dans ce lieu. Ce qu'elle voulait tant en cette matinée pluvieuse? Un CAFE. Un petit, court, serré, sans le moindre gramme de sucre, le genre de truc que ses soeurs ne lui feraient pas. Refermant son ombrelle trempée, elle passa la porte et fut accueillie par un serveur banal, sans classe.

Après avoir choisi une table tout aussi banale, elle commença à consulter son livre. Puis une montre à gousset parmi toutes celles qu'elle avait de flanquées autour du cou sur une chaîne. Le tic-tac la rassurait. Elle releva les yeux. Le lieu était comme désert, peu de gens y venait de si bon matin pour un café et un croissant au beurre.

Soupirant, elle se laissa aller et somnola.



[HRP: voilà pour l'intro, j'ouvre le bal que ceux qui veulent poster postent! ]
Revenir en haut Aller en bas
Je suis « Invité »
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Marre des matins difficiles.   Mar 7 Fév - 20:57

Un bruit assourdissant... L’avion en partance de Séoul venait d’atterrir sous un ciel pluvieux. Il était temps de descendre de cet engin. Dave se leva de son confortable siège de 1ère classe, encore exténué par les quelques heures de voyage, il avait pris l’avion tard hier soir, vers vingt deux heures et ne se sentait vraiment pas du tout en forme. Une hôtesse arriva, lui indiqua poliment la sortie à emprunter pour rentrer dans l’aéroport, mais il ne la remercia ni ne la regarda pas, il n’en voyait pas l’utilité, il savait très bien où se situait la sortie, puisqu’il avait emprunté le même chemin pour rentrer dans l’engin, du moins c’était son interprétation de la chose. Cette dernière le toisa alors d’un air mauvais, du moins assez discrètement, mais malgré sa tentative désespérée de discrétion, on n’échappe pas au regard perçant et infaillible de Dave Lee Young ! Il soupira d’une manière arrogante, puis continua son chemin ne lui prêtant plus aucune attention.
De derrière les immenses vitres, il contemplait les infimes gouttes de pluie qui s’écrasaient sur le sol. Il était assez content d’être encore au chaud à l’intérieur du quai, mais bientôt il faudrait sortir et se rendre là où il se sentait le mieux, c'est-à-dire dans son bureau de procureur. Ces dernières années à Séoul l’avaient rendu très célèbre dans le milieu de la justice, Dave, l’Homme de Glace, tous les criminels, les témoins, les avocats, avaient déjà entendu de son terrible regard, ce regard de glace justement, ce regard qui fit sa renommée en tant que procureur... Mais Dave détestait se remémorer son passé, pour lui, tout ce qui comptait c’était le moment présent, d’autant plus que ses souvenirs douloureux à propos de ses parents ont tendance à resurgir dans son esprit, et ça lui était insupportable... Il serrait alors son collier pour retenir ses larmes, ses larmes amères, puis essayait de penser à autre chose.

*Mère... Je vous rendrais fier ici, je vous le jure, je pense toujours à vous...*Pensa-t-il fort en serrant son collier.

Il se tourna, se dirigea vers la sortie, puis prit un taxi. Le conducteur avait une tête sympathique et était de ce fait très poli et respectueux.


«Bonjour, Monsieur, où est-ce que je vous amè... Commença le conducteur.

-Je suis pressé, amenez-moi directement aux bureaux des procureurs !
Finit Dave.

Le conducteur fut assez surpris de la réaction arrogante de cet homme, puis finit par se dire que ça ne valait pas la peine de discuter, et que le client était roi de toute façon... Néanmoins, sur le trajet, il essaya à plusieurs reprises d’engager la conversation, mais Dave avait l’esprit bien ailleurs, il regardait le paysage vertical des gratte-ciels, réfléchissait à tous les problèmes, les crimes, qui pouvaient se dérouler dans cette ville, ce qui l’attendait ; il répondait simplement par des approbations de la tête sans même écouter un seul mot que le conducteur disait, il aurait même pu le traiter de tous les noms, Dave n’aurait sans doute même pas réagi... Mais ce dernier se réveilla vivement en voyant qu’ils arrivaient à un bouchon, il n’avait pas envie de perdre du temps.

-Déposez-moi là, j’irai à pied, vous avez un parapluie ?
Demanda-t-il.

-Heu oui, mais...Balbutia le conducteur.

-Tenez. dit Dave en tendant un gros billet, gardez tout et passez-moi le parapluie...

Le conducteur s’en empara en vitesse, heureux d'avoir gagné sa journée en un seul client puis lui donna le parapluie tout sourire.

-Au revoir monsieur, et merci beau...


Il n’eut pas le temps de finir sa phrase que Dave était déjà sorti du véhicule et refermé la portière. Il s’élança contre la pluie battante et un froid hivernal dans les rues grouillantes de la ville. Il pleuvait toujours, toujours plus...

*Hé, mais je lui ai passé combien à ce conducteur pour ce parapluie ? Je n’ai même pas regardé...*

Le vent commençait à souffler aussi, renforçant la sensation de froid. Mais Dave s’était chaudement couvert d’un manteau très élégant et d'une écharpe en laine très rare, qui lui tenaient ainsi très chaud, donc il ne s’en souciait pas réellement. Soudain, au tournant d'une rue, une boutique très chaleureuse attira son attention, ou plutôt l’odeur qui s’en échappait l’attirait. Une odeur de café, boire un café. Il n’avait pas pris son petit déjeuner ce matin, et finalement, il se dit que sa présentation au bureau des procureurs pouvait attendre quelques minutes. Il poussa la porte de la boutique. A l’intérieur, cette odeur de café, toujours plus forte, et la chaleur de la pièce le réconforta fortement après cette escapade en ce matin d’hiver sous la pluie dans la ville. Il n’y avait pas beaucoup de monde, sinon une magnifique jeune femme à la chevelure blonde qui buvait un café et des croissants, un livre à côté d'elle, elle semblait... dormir en mangeant, ce qui était assez drôle à regarder. Il demanda un café et des croissants lui aussi, puis s’installa près de la vitre du magasin, de façon à voir les passants, rien ne l’amusait plus que de les voir lutter contre le froid, la pluie tandis qu’il était au chaud, dans un siège confortable buvant un délicieux café sucré comme il aime...
Revenir en haut Aller en bas
Je suis « Invité »
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Marre des matins difficiles.   Jeu 16 Fév - 22:17

Evori, trop bien enfoncée dans sa lecture matinale, ne fit pas vraiment attention au reste de la salle. Elle pensait bien trop en lisant, chose qui l'ennuyait mais qu'elle ne pouvait s'empêcher de faire. Elle commença à grommeler à voix haute en lisant les nouvelles, encore inquiétantes, sur la bourse, avant de tremper maladroitement son croissant, mais ça, elle s'en fichait totalement. Dans l'hebdo de la justice, ce matin encore, ça parlait réformes du système et autres niaiseries qui n'avaient pas ou peu lieu d'être. Et dans la rubrique nécrologie, un nombre important de collègues juges passaient à la trappe. Evori déglutit, lista ceux qu'elle connaissait de par ses expériences un peu partout. Bon, ils n'étaient que 3 et 1 d'entre eux était décédé de manière naturelle...Mais les deux autres....Assassinés. Cela la retourna un peu. Par stress, elle fouilla son sac. Bachir, son serpent, y était comme toujours lové comme un bien heureux, mais elle semblait avoir perdu son rouge à lèvre, le genre qui coûte la peau des fesses et donc le budget de la publicité à cette imbécilité de télé en ferait pâlir ses comparses de jalousie tant les producteurs avaient pu mettre le paquet niveau budget, justement.

Elle leva le regard de son livre et n'aperçu pas une trace de ce rouge à lèvre (c'est petit ces choses là) mais eu le bonheur ou plutôt l'amabilité de constater que quelqu'un était arrivé, peut-être prêt à pourrir la quiétude de ce lieu, quoique les barmen faisaient un bruit d'enfer en envoyant les ordres à leurs subordonnés. Sans trop espérer non plus, elle ferma son sac et se leva, partant en quête de son fameux rouge-à-lèvres-qui-coûte-la-peau-des-fesses.
Revenir en haut Aller en bas
Je suis « Invité »
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Marre des matins difficiles.   Sam 18 Fév - 13:43

Plusieurs personnes vinrent à entrer dans le café, ils poussèrent la porte, et par la même occasion laissaient s’engouffrer dans la salle un courant d’air froid assez désagréable, ce qui ne manqua pas d’agacer rapidement Dave, qui se retenait de ne pas leur hurler dessus pour qu’ils la referment sur le champ, préférant garder son calme et ainsi éviter de se créer en seulement une matinée une mauvaise réputation dans la ville. Ils grelottaient, demandaient leur café en balbutiant, bafouillant, en tremblant, ce qui les rendait absolument ridicules, ce qui fit sourire légèrement le procureur, qui entama la dégustation de son café. Peu après, il entendit qu’une personne faisait des bruits près de lui, des sortes de grognements murmurés, il lui sembla que cela venait de derrière lui ; il se retourna discrètement, c’était la jeune femme blonde aux yeux azurés qu’il avait remarqué dès qu’il était entré dans le café. Elle était affairée à lire d’un air effaré les nouvelles du journal, plus particulièrement la rubrique justice, Dave préféra s’en ficher totalement, il n’avait que faire des faits et gestes de ses « collègues », d’autant plus qu’il les rencontrerait sans doute plus tard aux tribunaux... Il se demandait alors comment cela se passait là-bas, quelles étaient les personnes qu’il allait rencontrer, en tout cas, il savait que les détectives qu’il dirigerait lors de ses prochaines enquêtes auront la vie dure. Il se souvint que plusieurs de ceux avec qui il avait « collaborés » avaient soit démissionnés ou soit avaient finis par craquer ou bien partir en dépression car quand Dave menait une enquête, il faisait absolument tout ce qui était nécessaire voire plus encore pour arriver à la vérité, il accordait ainsi peu d’importance au bien-être de ses subordonnés, les poussant parfois à faire des nuits entières de recherche de preuves, de tout ce qui pourrait trahir les coupables. Par-dessus tout, le caractère bien trempé de Dave en avait agacé plus d’un, il y avait aussi eu quelques disputes, néanmoins, Dave avait toujours su maîtriser ce genre de situations assez inutiles selon ses propos. Il était de plus conscient qu’il dépassait quelque peu les limites du raisonnable dans les enquêtes mais sa technique avait toujours donné de très bons résultats... la plupart du temps.

Soudain, il fut tiré de ses pensées lorsqu’il entendit un bruit de chaise frottant sur le sol, la femme derrière lui venait de se lever, elle semblait chercher quelqu’un ou quelque chose, leur regard se croisa quelques instants, elle venait de le remarquer. Un client arriva une tasse à la main vers leur direction, quand il glissa sur un objet, il tomba alors à la renverse, tout en faisant magnifiquement voler le contenu de la tasse vers le ciel. La scène se passa au ralenti, le café qui volait dans le ciel termina son voyage sur la veste du client qui fut bien embarrassé, Dave remarqua qu’un petit objet roula vers lui lentement sur le sol. C’était un de ses rouges à lèvres qui coûtent une fortune et qu’on pouvait voir sur les chaînes de luxe, le type d’objet futile qui pouvait rendre n’importe quelle femme susceptible de se croire magnifique, il le ramassa et l’examina avec attention. Il regarda ensuite le client qui commençait à s’énerver, pataugeant dans le café, Dave se contenta d’un haussement d’épaule et d’un soupir arrogant.


« Monsieur, vous pourriez m’aider ou au moins pu me dire que j’allais glisser sur ça, non ?! S’exclama le client.

Remarquant que cet homme venait de lui adresser la parole, il retourna la tête vers lui, un sourire magnifique qui pouvait déstabiliser n’importe quelle personne.

-Ah ? Moi, vous aider ? Vous n’aviez qu’à faire plus attention, c’est tout, je n’ai pas à vous aider, et encore moins faire preuve de compassion à votre égard, d’autant plus que je ne vous connais même pas...

L’homme commença à devenir rouge, il se leva, essaya d’agripper Dave par le cou. Erreur fatale, le procureur lui retourna le bras en toute tranquillité, lui faisant pousser des cris de douleur. Cette scène attira l’attention de tous les clients dans la salle.

- Aviez-vous pour intention de me salir ? Je ne supporte pas qu’il y ait des tâches sur mon costume, et encore moins que l’on fasse preuve de violence à mon égard, dit calmement Dave avec un sourire plus qu’inquiétant.

Il le repoussa, puis se rassit lentement, comme si rien ne s’était passé, et repris la dégustation de son café, tout en examinant le rouge à lèvres... L’homme regarda Dave d’un air agacé et honteux, en massant son bras, puis partit redemander un café, enlevant sa veste encore trempée... Une personne chargée du nettoyage de la salle commença à nettoyer la tache de café sur le sol, en faisant bien attention à ne pas déranger Dave, assez intrigué par la facilité de son geste qu’il avait accompli. Mais ce dernier serra doucement le collier de saphir caché sous sa veste...

*Il a failli vous toucher, mère, je ne sais pas ce que j’aurais fait si cela était arrivé...*pensa-t-il en fermant les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Je suis « Invité »
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Marre des matins difficiles.   Sam 18 Fév - 18:00

Alors qu'elle cherchait son rouge à lèvre, un bruit soudain, suivi d'une plainte s'élevèrent du silence ambiant et de la symphonie des tasses qui s'entrechoquaient avec les soucoupes. Elle leva les yeux et...surprise, un client avait chuté. Elle retint un rire narquois, et finalement retourna à sa place. Pour observer le spectacle. Le client en question cria en direction de la personne qu'elle avait entraperçu tout à l'heure.

"Monsieur, vous pourriez m’aider ou au moins pu me dire que j’allais glisser sur ça, non ?!"

Il avait l'air visiblement en furie. En face, son interlocuteur ne bougea pas d'un iota, ne répondit qu'à peine, et le tout d'une manière très calme. Arrogante, mais digne. C'est ce genre de réponse qu'Evori aimait à entendre en face d'idiots.

"Ah ? Moi, vous aider ? Vous n’aviez qu’à faire plus attention, c’est tout, je n’ai pas à vous aider, et encore moins faire preuve de compassion à votre égard, d’autant plus que je ne vous connais même pas..."

Alors certes, il n'avait pas fait preuve de courtoisie, mais son interlocuteur ne le méritait de toute façon même pas, tant il avait été désagréable sans raison. Dans son coin, Evori ricana.
Tout tourna soudainement lorsque la victime de la chute attrapa par le col l'autre personne. Celui-ci devint même rouge, mais l'autre ne broncha toujours pas, calme et raisonné. La société avait besoin d'une telle froideur d'esprit de temps en temps.
Dans un geste de défense mesuré, il lui retourna le bras, et le client mécontent laissa paraître un cri de douleur. L'espace d'un instant, Evori se leva...Mais se rassit immédiatement. Si tout cela tournait au plus mal, elle agirait de par sa profession. Plus tard.


"Aviez-vous pour intention de me salir ? Je ne supporte pas qu’il y ait des tâches sur mon costume, et encore moins que l’on fasse preuve de violence à mon égard."

Il sourit de manière quelque peu inquiétante. En fait, il avait des airs de sa mère, Anéria, ce qui donna une impression étrange à Evori. Mais tout semblait finalement rentrer dans l'ordre, le client mécontent repartit honteux, quand à l'autre, il se rassit. Que d'ambiance ce matin...

D'autant plus...Que ce que tenait ce monsieur, c'était...Un rouge à lèvre! Qu'il observait dans toutes ses coutures, apparemment, avant de serrer sa poitrine. Quoi, il était trop rouge, c'est ça? ..C'était sans doute le sien, d'ailleurs qui d'autre aurait pu ici s'offrir ce machin pour se préparer à une audience? Elle se leva donc, prit un peu de sang-froid, et partit vers la table de ce monsieur, un peu gênée...


"Excusez-moi, monsieur..."

Elle laissa un infime temps d'arrêt avant de reprendre.

"Je suis désolée de vous déranger après cette altercation avec ce client mais....Je vois que la cause de cette chute n'est autre que ce rouge à lèvre...Il se trouve qu'il est le mien...Pourrais-je le reprendre, je vous prie?"


Avant de lui laisse un temps de réponse, elle eut un sourire assez narquois sans y faire attention, et s'adressa à lui en ces termes:

"Je ne doute pas que vous répondrez à ma requête, vous semblez être raisonné et très bien élevé."
Revenir en haut Aller en bas
Je suis « Invité »
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Marre des matins difficiles.   Lun 20 Fév - 21:37

Il reposa sa tasse de café la main un peu tremblante, un peu de café en sortit mais il n’y prêta guère attention, il essayait de reprendre ses esprits, se raisonner, que cet odieux être inférieur n’avait pas pu toucher son objet le plus précieux, le collier de saphir... Cet objet qui représentait sa mère, la personne qui avait toujours été là pour lui, l’aimer, le consoler, l’aider, le conseiller durant son enfance ; elle lui était indispensable, elle n’est plus à ses côtés désormais que par ce pendentif. Il baissa la tête, tout en regardant le liquide de café qu’il restait dans la tasse, le regard vide... Il ne voulait pas se remémorer le passé, il tenta à tout prix de paraitre calme, reprendre son sang froid, paraitre implacable comme à son habitude. Il ne remarqua même pas qu’il faisait tourner habilement le très coûteux rouge à lèvres de luxe entre ses doigts, il ne le remarqua que lorsqu’il avait failli le faire tomber par terre, et son attention se concentra à nouveau sur l’apparence du petit objet qu’il avait trouvé sur le sol, glissant... A qui pouvait-il bien appartenir ? C’était déjà un petit mystère, pas terrible mais bon, retrouver le propriétaire du rouge à lèvres... Déjà, par son aspect, dorure parsemé de paillettes et couleur vraiment rouge profond, ce rouge à lèvres ne pouvait appartenir qu’à une personne qui pouvait réellement tout se permettre en extravagances, sans doute une folle se croyant splendide qui voulait attirer l’attention, il soupira alors sans avertir de façon à ce que tout le monde puisse l’entendre, le type de soupir qui fait que tout le monde a aussi envie de faire la même chose. D’ailleurs, tout le monde regarda Dave d’un air gêné, personne n’osant lui dire quoi que ce soit, vu ce qu’il avait fait avec aisance au client qui s’était disputé avec lui, et donc mieux vallait prévenir que guérir. Le café commençait à se vider lentement, les clients se levaient un à un, Dave regarda sa montre, et constata effectivement qu’il était l’heure d’aller au travail pour la plupart des gens... Et reprit le manège de la porte entrouverte, et l’air froid qui entrait, il dut se retenir cette fois ci pour ne pas exploser la table, et se décida à changer de table, vu le nombre de clients qui commençaient à partir, pour affronter de nouveau la pluie torrentielle et ce rude froid d’hiver. Le pire était que lui aussi allait devoir partir pour les bureaux à un moment, et cette seule pensée le fit un peu frissonner. Il était sur le point de se lever quand soudain, à côté de lui, il sentit une présence féminine. Il sursauta un petit peu, sentit un parfum fort, très voluptueux, il tourna sa tête lentement. C’était la femme qu’il avait remarqué dès qu’il était entré dans le café, il fallait dire que c’était juste impossible de la rater, elle avait une sorte d’aura, elle parvenait à captiver le regard en quelques instants, et Dave fut encore plus ébloui par sa beauté lorsqu’elle fut plus près de lui. Elle avait une sorte d’apparence qui la prédisposait à dominer le monde, le type de femme éduqué pour être la plus parfaite possible, elle avait cet air aristocratique que Dave connaissait bien, puisqu’il a lui-même été bercé depuis sa plus tendre enfance dans cet environnement, néanmoins c’était son accoutrement qui l’intriguait le plus, une robe serrée comme on en voyait parfois aux musées, il trouva ce style très étrange, elle semblait venir du passé... C’est alors qu’elle ouvrit ses lèvres pour s’excuser d’abord de le déranger après son altercation avec l’homme. Ce moins que rien qui avait failli le salir, et par-dessus tout failli toucher à son pendentif de saphir... Enfin, bon c’était passé maintenant.

"Je vois que la cause de cette chute n'est autre que ce rouge à lèvre...Il se trouve qu'il est le mien...Pourrais-je le reprendre, je vous prie?" Ajouta-t-elle par la suite.

Elle avait en parlant un sourire narquois, mais un sourire magnifique quand même.

"Je ne doute pas que vous répondrez à ma requête, vous semblez être raisonné et très bien élevé."

Il esquissa un sourire amusé avant de répondre, regardant à nouveau le rouge à lèvres.

"Vous trouvez que je suis raisonné et bien élevé ? La plupart des gens me trouvent soit froid, soit distant, soit arrogant, ou voire les trois à la fois, vous êtes bien la première à me voir ainsi..."

Il prit la tasse de café, en finit le contenu, puis examina à nouveau attentivement le rouge à lèvres, et enfin se leva.

"Vous dîtes qu’il est à vous, c’est cela ? Je veux bien vous croire, mais..." Il ne termina pas sa phrase.

Sans crier gare, il l’ouvrit, puis le posa sur le contour des lèvres de la femme devant lui.

"En effet, il vous va bien..." Murmura-t-il lentement.

Il ouvrit sa main, puis lui remit le rouge à lèvres. Il s’apprêta alors à partir, prenant son manteau, essayant d'esquiver la femme...





Revenir en haut Aller en bas
Je suis « Invité »
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Marre des matins difficiles.   Ven 2 Mar - 11:24

Evori en resta rougie par la honte et la stupéfaction l'espace de quelques secondes...Avant de se rendre compte que cette personne était certes directe mais selon sa vision du monde pompeuse et bornée que cet homme était un gentleman né, une personne bien en somme, avec qui elle aurait moins de mal à tisser des liens que le citoyen lambda. Réalisant dans la même milliseconde qui avait foutrement chatouillé ses zygomatiques que ledit être bien élevé mais trop rentre-dedans allait se lever de sa chaise pour partir, elle décida de le héler afin d'obtenir des réponses à ses questions, à savoir qui il était et aussi quelle était sa profession. Demander qui il était semblait normal mais sa profession, ça, c'est une chose d'aristocrate et de juge, une chose aussi que ses quelques relations japonaises lui avait apprise pour savoir comment se présenter à la personne. Car certes elle était imbue d'elle-même et adorait se mettre au-dessus des autres, mais elle avait aussi une éducation de petite arristo à la dure et ça, ça lui apprenait qu'il ne fallait pas trop faire le malin non plus, des fois qu'en face on ai plus malin que soit.

"Excusez-moi de vous déranger encore monsieur mais...Puis-avoir votre nom ou votre profession? ...A usage purement personnel, bien sûr.."

Et chez les aristos, on apprenait à se qualifier à l'autre pour qu'ils aient plus tendance à cracher le morceau.

"Pour ce qui est de moi, je me nomme Evori Stevensveld, juge de renmomée dans les affaires criminelles."

Car oui, il y avait une différence entre les juges, aussi bizarre que ça puisse paraître. Et elle tenait à ce qu'on sache qu'elle n'était pas de ces types véreux qui jugent le commerce.

Et pour marquer sa lignée respectable, elle fit une brève révérence.
Revenir en haut Aller en bas
Je suis « Contenu sponsorisé »



MessageSujet: Re: Marre des matins difficiles.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Marre des matins difficiles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pour ceux qui en ont marre des mails qu'il faut faire suivre...
» T'en a marre d'être Noob & Pauvre?
» MARRE DU NETTOYAGE DU FORUM !
» Un troufion qui en a marre de sa vie de merde
» Marre des inégalités, soutenez moi !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
— Ace attorney : Turnabout In Court — :: Archives :: -